Rencontres des Groupes d'études

7ème rencontre du groupe d’études de la coopération de recherche IAO-ZEI en Novembre 2015 (Bonn)

L’Association pour les Études d’Intégration Régionale Africaine (ARISA) tient son Assemblée Constitutive

Gruppenfoto ARISASur invitation de l’Institut de l’Afrique de l’Ouest (IAO) et du Centre d’Études sur l’Intégration Européenne (ZEI), des chercheurs africains se sont réunis à Bonn, les 10 et 11 novembre 2015 pour procéder à la création de l’Association pour les Études d’Intégration Régionale Africaine (ARISA), dans le but de favoriser une meilleure compréhension du développement historique et socioéconomique, des institutions, des politiques, des programmes de développement, ainsi que des enjeux et défis de l’intégration régionale dans les États africains. L’Association développera une communauté composée d’universitaires et de praticiens afin d’accroître les connaissances et de renforcer les capacités en matière d'intégration régionale africaine. Elle organisera des activités à cet effet, publiera les résultats de recherche et contribuera aux efforts visant à surmonter les obstacles qui s’opposent au processus d'une intégration régionale durable et centrée sur les populations.

Des discussions intensives ont été particulièrement axées sur le premier Plan Stratégique préliminaire, un statut et une feuille de route pour ARISA, au cours de la réunion. En outre, L’Assemblée inaugurale d'Arisa a élu, à l’unanimité, Professeur Gervasio Semedo de l'Université de Tours, comme premier Président de l’Association. Membre de la diaspora africaine, M. Semedo a exprimé toute sa confiance dans la mise en place d’ARISA afin de soutenir le processus d’intégration régionale africaine. Il s'agit pour lui d'expliquer les tendances actuelles et de proposant des solutions pour combler les lacunes existantes. Le représentant de la Commission de l’Union Africaine, Dr. René N’Guettia Kouassi, Directeur des Affaires Economiques, a participé à la réunion inaugurale d’ARISA. Il a fortement soutenu cette initiative en raison du fait qu’elle offre une occasion supplémentaire pour accélérer la mise en œuvre de l’agenda d’intégration africaine. Par conséquent, la Commission de l’Union Africaine jouera un rôle important en vue de contribuer à la réalisation des objectifs d’ARISA.

BMBF CMYK sponsored by.jpgLa réunion a eu lieu dans le cadre du projet bi-régional de recherche et d'appui-conseil intitulé «Intégration régionale durable en Afrique de l’Ouest et en Europe », projet financé par le Ministère Fédéral Allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) pour la période 2012- 2016 et identifié comme un projet phare dans les domaines thématiques de l’éducation et la transformation dans le cadre de la Stratégie pour l’Afrique du BMBF. Les 18 et 19 avril 2016, les chercheurs se réuniront à nouveau à Praia, République de Cabo Verde, pour lancer officiellement ARISA comme une organisation africaine non gouvernementale à but non lucratif. La rencontre d’avril présentera également les premières contributions scientifiques axées sur le thème de la migration comme facteur humain.

Vous trouverez des informations complémentaires sur ARISA dans la publication IAO-ZEI Nr. 24: Ludger Kühnhardt et Djénéba Traoré (éds.): Brainstorming for a Pan-African Network in Regional Integration Studies, Bonn/Praia, 2015, ainsi que sur les sites Internet de l’IAO et de ZEI: http://www.westafricainstitute.org/;https://www.zei.uni-bonn.de/;

-----------------

L’IAO et ZEI présentent le Concept d’un Master en Intégration Régionale Africaine

Presentation of Master programUne étape importante vers la durabilité de la coopération entre le Centre de Recherches sur l’Intégration Européenne (ZEI) et l'Institut Afrique de l'Ouest (IAO): ensemble, les deux instituts de recherche ont développé un programme d'études pour un diplôme de Master en intégration régionale africaine. Ledit  programme sera dispensé par  l'Université Nationale de la République de Cabo Verde (UNI-CV) à Praia, où se trouve également le siège de l’IAO. Les Directeurs du ZEI et de l’IAO, Professeur Ludger Kühnhardt et Professeur Djénéba Traoré, ainsi que le Recteur de l'UNI-CV, le Professeur Judite Nascimento, ont remis le 25 Mars 2015 le programme d’études détaillé du Master et sa stratégie de mise en œuvre au Ministre capverdien de l'Enseignement Supérieur, de la Science et de l’ Innovation, le Professeur António de Aguiar Leão Correia e Silva.

Master Program P 1Il convient de souligner que le programme de Master a déjà été approuvé par le Conseil Scientifique de l’UNI-CV. Le Ministre de l’Enseignement Supérieur a assuré que son Département utilisera tous les moyens en  sa disposition pour assurer le démarrage effectif du programme de maîtrise pour la rentrée  académique 2016/2017. De plus, a-t-il affirmé,  ce nouveau programme de formation sera un élément clé dans la stratégie d'internationalisation de son pays. Pour l’IAO, la coopération avec UNI-CV est un autre pilier pour l'ancrage de l'institut dans le pays hôte et pour  la consolidation son travail comme un institut de recherche orienté vers toute la région ouest-africaine.

Dans le cadre de la coopération de recherche entre le ZEI et l'IAO sur l'intégration régionale durable en Afrique de l'Ouest et en Europe, le Ministère Fédéral Allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) soutient la mise en œuvre pratique du programme de Master à l'Université Nationale de Cabo Verde jusqu'à la mi-2016.  Visit at MESCIToujours dans le cadre de ce projet, a eu lieu le 25 et 26 mars 2015 une réunion de réflexion pour la mise en place d'un réseau pan-africain en intégration régionale dont la suite est prévue pour l'automne 2015 à Bonn.

 

 

 

-----------

5ème rencontre du groupe d’études de la coopération de recherche IAO-ZEI en Septembre 2014 (Praia)

Migration et société civile comme moteurs de développement dans un contexte régional

 3858«La crise Ebola reflète clairement les déficits de gouvernance sur le continent africain et prouve que des réponses intégrées au niveau régional sont plus nécessaires que jamais. Depuis la première épidémie d'ébola, il y a près de trente ans, aucune conséquence et aucun enseignement n’ont été tirés ». C'est avec ces mots sans équivoque que le Président du Conseil d’Administration de l’IAO et Ancien Ministre des Affaires Étrangères de la République du Cabo Verde, José Brito, a accueilli les participants à la 5ème rencontre du Groupe d'études de la Coopération de recherche IAO-ZEI qui a eu lieu du 8 au 9 Septembre 2014, au Ministère des Relations Extérieures (MIREX) du Cabo Verde. La flambée actuelle de l'épidémie a conduit à une réduction du nombre de participants à la rencontre en raison de la fermeture des frontières par le gouvernement de la République du Cabo Verde. À la lumière de cette crise alarmante, les potentialités et les problèmes dans le domaine de la migration et de l'engagement de la société civile, qui sont intrinsèquement liés à la crise actuelle d'ébola, ont été examinés par les chercheurs et les praticiens de renommée d'Europe et d'Afrique.

3812Pour la première fois dans le projet IAO-ZEI, certains participants ont tenu leur présentation par vidéo conférence. Cela prouve également l'importance croissante des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) dans le domaine de l'Enseignement Supérieur et de la recherche, technologies qui peuvent être utilisées pour surmonter les déficits d'infrastructure existantes. Ce sujet sera abordé en détail dans un autre atelier dans le cadre du Partenariat IAO-CEDIR. Financé par le Ministère Allemand de l'Education et de la Recherche (BMBF), l'atelier examinera le lien entre l'enseignement supérieur et l'intégration régionale et sa tenue est prévue à la fin du mois de septembre 2014 à Praia.

Dans son discours introductif, la Directrice Générale de l’IAO, Professeur Djénéba Traoré, a mis l'accent sur la qualité des résultats de la coopération de recherche IAO-ZEI après avoir remercié tous les Promoteurs et l'ensemble des Partenaires de l’IAO, ainsi que l'équipe organisatrice de la rencontre. Elle a souligné la collaboration pertinente des experts du projet IAO-ZEI et a également présenté les récentes publications de l’IAO.

3871Par la suite, les présentations dans le domaine de la recherche économique ont porté une attention particulière aux effets de la migration intra-régionale sur le marché du travail régional en Afrique de l'Ouest. En réponse aux déficits de données, la recommandation de mettre en place un système d'information sur la migration a été soulevée. En outre, les experts ont mis l'accent sur l'importance de surmonter les barrières linguistiques grâce à des mesures de sensibilisation ciblées et opportunes. De plus, la gestion des frontières en Afrique de l'Ouest ne doit pas être perçue par les instances responsables comme un moyen de contrôle, mais plutôt comme des services de sécurité pour les citoyens dans le cadre de la libre circulation des personnes au sein de la zone CEDEAO. Toutefois, cela nécessiterait un changement profond et durable des mentalités.

Dans le cadre des autres sessions d'étude, le potentiel et l'impact des transferts de fonds internationaux par les migrants et les membres de la diaspora en direction de leur pays d'origine ont été évalués. Les envois de fonds représentent un soutien financier transfrontalier de la diaspora par des paiements de personne à personne pour aider leurs familles dans les pays d'origine. Afin de mieux appliquer, canaliser et utiliser le potentiel économique des envois de fonds en tant que source de réduction de la pauvreté et à l'avenir de relance de l'investissement, l'Union Africaine (UA) a récemment créé l'Institut Africain pour les Envois de Fonds (AIR). Ses expériences ont été partagées dans le cadre de la conférence. En outre, Prof. Dr. Matthias Lücke de l'Institut de Kiel pour l'Économie Mondiale a mis en exerge l'importance d'une facilitation ciblée de la migration légale et l'ajustement des normes internationales d'éducation, de retraite et du système de santé afin d'éviter «la fuite des cerveaux » et la migration illégale. Pour permettre le retour possible des migrants dans leur pays d'origine (migration circulaire), des conditions nationales doivent être modifiées et améliorées.

Dans le cadre du premier domaine de recherche 1 (Intégration régionale et processus de la formulation des politiques), qui est axé sur les aspects politiques de la formulation de la politique régionale, Prof. Dr. Ludger Kühnhardt a présenté un aperçu historique des cent dernières années depuis le début la Première Guerre Mondiale, et a souligné les enseignements tirés de cette tragédie et analysé son effet sur le développement de la conscience régionale. En même temps, il a souligné que ces leçons sont constamment mises à l'épreuve par les différents conflits mondiaux. Par conséquent, une promotion active et convaincante de l'idée régionale dans le cadre des valeurs démocratiques demeure essentielle. Le lien intrinsèque entre l'importance et la contribution de la société civile et les facteurs culturels est devenu évident au cours d'autres présentations. Nana Afadzinu de l'Institut de la Société Civile de l’Afrique de l'Ouest (WACSI) au Ghana a montré dans son intervention que les acteurs de la société civile, allant des organisations d'étudiants aux syndicats, sont depuis toujours les moteurs de l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest. Cela est également vrai pour l'engagement des ONG et des organisations de femmes dans le domaine de la paix et de la sécurité. Cependant, elle a également fait une évaluation critique de l'influence politique réelle de ces acteurs transnationaux qui reste limitée et leur potentiel inexploité en raison d'obstacles résultés dles lacunes en matière de capacités et d'organisation. Prof. Dr. Stefan Fröhlich de l'Université d'Erlangen-Nürnberg (Allemagne) a démontré dans sa présentation que le rôle de la société civile en Europe n’a seulement gagné en importance  qu’essentiellement après les événements historiques de 1989 à 1990. Le processus d'intégration européenne semble critique, même négatif, si l'on considère le fossé qui sépare  les institutions européennes et les citoyens européens. Cela s'est traduit, selon Prof. Fröhlich, par le refus des peuples d'accepter la Constitution Européenne en 2005. A la lumière de ces problèmes, il met en évidence le potentiel d'apprentissage distinct pour l'Europe qui se dégage de l'évolution ascendante de l'engagement de la société civile en Afrique de l'Ouest depuis les années 90.

En outre, Prof. Abderrahmane Ngaide de l'Université Cheick Anta Diop de Dakar (Sénégal)  a évalué l'importance de la diversité culturelle de l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest. De son point de vue, les expériences historiques de la région avec ses  empires, ses royaumes et ses divers styles de gouvernance existant en harmonie plus ou au moins compatibles, sont la preuve que les lignes de fracture ethnique perçues d'aujourd'hui ne représentent pas un obstacle insurmontable à l'intégration régionale. Ainsi comme dans le passé, la diversité culturelle doit être utilisée de manière positive afin d'atteindre l'objectif proclamé d'une «CEDEAO des Peuples à l'horizon 2020».

3857Enfin, Prof. Manuel Guilherme Junior, Directeur du Centre d'Etudes sur l'Intégration Régionale et le Droit (CEDIR) de la SADC à Maputo, au Mozambique, a présenté une perspective comparative supplémentaire. Dans son exposé sur les défis de l'intégration en Afrique australe, il a postulé que, si la région de la CEDEAO a récemment introduit une union douanière, cette étape de l'intégration est manquante dans la Communauté de Développement d'Afrique Australe (SADC) en raison des multiples adhésions de ses membres constituants. Dans ce contexte, la création d'un soi-disant accord de libre-échange tripartite est sur le point d'être mis en œuvre, et comprend non seulement la SADC, mais en outre les membres du Marché Commun de l'Afrique Australe (COMESA) et la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC).

L'atelier faisait partie de la recherche et du projet de recherche et de consultation « Intégration Régionale durable en Afrique de l'Ouest et en l'Europe », une coopération entre l’IAO et ZEI. Le projet de recherche et de consultation coopérative est soutenu et financé par le Ministère Allemand de l'Education et de la Recherche (BMBF) pour la période 2012-2016 et il a été identifié comme un projet phare dans les domaines thématiques de l'éducation et de la transformation dans le cadre de la Stratégie Afrique du Ministère. Le prochain atelier aura lieu à Praia en Mars 2015.

Les documents de la conférence seront publiés en tant que documents IAO-ZEI suite à la conférence. À ce jour, 19 Publications IAO-ZEI et trois revues "Regional Integration Observer (RIO)" sont disponibles sur téléchargement. D'autres piliers du projet sont la Bibliothèque de l’IAO établie à Praia, ainsi que la création envisagée d'un Programme de Master en Intégration Régionale Africaine, en étroite coopération avec L’Université Nationale de Cabo Verde (UNI-CV). Le Master représente une réalisation importante dans la promotion des possibilités de formation post-universitaire pour l'ensemble de l'Afrique Occidentale. Il est actuellement en cours d'évaluation par les structures de gouvernance de l’UNI-CV.

 

 

 -----------

Quel avenir pour les relations Union Européenne- Afrique ?

Dieng« Nous sommes tous des pays en transition », par ces mots, Prof. Dr. Ludger Kühnhardt, Directeur du Centre de Recherche sur l’Intégration Européenne (ZEI) de l'Université de Bonn (Allemagne), a ouvert la 4ème réunion du Groupe d'Etude IAO-ZEI qui s’est tenue du 27 au 28 mars 2014 à l'Université d'Avignon (France). Dans son allocution, Il a plaidé pour que l'Afrique et l'Europe deviennent des communautés d'apprentissage, de réflexion et de partage d’expériences afin de donner de nouvelles perspectives aux relations bi-régionales. Prof. Dr. Djénéba Traoré, Directrice Générale de l'Institut de l’Afrique de l'Ouest (IAO), basé à Praia, Cabo Verde, a réaffirmé qu’un système éducatif de qualité est la clef pour relever le défi du développement en l’Afrique et a exhorté les deux régions à s’engager dans un partenariat gagnant-gagnant. Le Professeur Samuel Priso-Essawé, de l’Université d'Avignon, a ajouté que le défi des relations UE-Afrique serait la déconnexion de l'Afrique des sociétés européennes, soulignant la nécessité pour les gouvernements africains de se reconnecter avec la société civile et le secteur privé afin de définir les intérêts externes, ou, comme le Dr. Félix N'zué, Directeur de l'Unité d'Analyse des Politiques Economiques de la Commission de la CEDEAO, Nigéria, l'a affirmé: «L'Afrique a besoin d'une stratégie globale vis-à-vis de l'UE.

Peu de temps avant le 4ème Sommet UE-Afrique à Bruxelles, l'atelier n'a pas seulement regroupé des universitaires et des praticiens sur la possibilité de développer de nouvelles perspectives et des solutions pragmatiques pour le partenariat bi-régional, mais a aussi mis en évidence la valeur ajoutée des efforts d'intégration régionale inexploités . L'atelier s’est particulièrement focalisé sur des études comparatives réalisées au sein de l'UE et de la Communauté Economique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dans les domaines de la technologie et de l'innovation, de l'énergie et des ressources naturelles, ainsi que la concurrence et les politiques de réglementation pour l'intégration du commerce dans le secteur des services.

"La libéralisation ne signifie nullement «déréglementation». C’est pourquoi, un marché libéralisé exige des efforts pour plus de réglementation" a souligné le Directeur de ZEI, Professeur Christian König, pendant la session spéciale sur la concurrence et les politiques réglementaires. Puisque les investisseurs privés cherchent à effectuer des profits via l'étranglement de l'offre, les prix élevés peuvent être un bon indicateur pour les structures de marché monopolistiques ou oligopolistiques et, éventuellement, une réglementation excessive. Néanmoins, une réglementation efficace des marchés africains est souvent hypothéquée par l'absence de données suffisantes, le manque de volonté politique pour mettre en œuvre la réglementation en vigueur et l'absence de contrôle réglementaire par un pouvoir judiciaire indépendant. D'autres points de discussion au sein du groupe de recherche sur «L'intégration économique et le commerce régional» étaient les coûts et les avantages de la libéralisation du commerce des services (qui représentent 60 % du PIB mondial), les techniques adéquates et des modes géographiques (unilatérale, bilatérale, régionale, bi-régionale, multinationale et plurilatérale) de négocier leur libéralisation, ainsi que la nécessité d'harmoniser les données sectorielles pour faciliter la recherche et des prises de décisions conséquentes. Il s’est dégagé un large consensus entre les participants et les invités sur le fait que l’application des politiques de réglementation joue un rôle important, étant donné la production domestique risque de se faire remplacer par des fournisseurs étrangers.

Dans le cadre de la zone de recherche sur «Intégration régionale et processus de formulation des politiques ", les défis de la politique régionale de l'énergie ainsi que d'une politique régionale pour la science, la technologie et l'innovation (STI) ont été examinés. Un aspect particulièrement pertinent était l'utilisation de mesures réglementaires et fiscales pour soutenir la mise en œuvre des objectifs de la politique. Comme un obstacle majeur, les participants ont défini le manque de prise de conscience pour les politiques de réglementation, par exemple, le Protocole sur l'Energie de la CEDEAO, qui est déjà en vigueur dans la région. Ce manque de prise de conscience provoque non seulement des frictions entre les Etats membres, mais aussi augmente les coûts de transport de l'énergie transfrontalière et contraint les investisseurs. Dans ce contexte, il est nécessaire de mettre en place une campagne de sensibilisation intensive. Comparant l’Afrique de l'Ouest et l’Europe, Professeur Christian König a fait valoir que des mesures spécifiques d'aide sur ​​mesure de l'État peuvent également soutenir le développement de technologies en Afrique de l'Ouest dans certains cas. Cependant, l’avertissement a été exprimé contre la tendance de simplement copier l'approche européenne des mesures fiscales dans le secteur de l'énergie par d’autres régions. La relation bi-régionale dans le secteur de l'énergie entre l'Europe et l'Afrique de l'Ouest a été présentée comme de plus en plus interdépendante. Concernant la crise de la Crimée, il a été plaidé pour une réinvention de la relation politique des deux régions, ce qui pourrait également contribuer à une plus grande diversification de l'approvisionnement énergétique de l’Europe. En outre, les participants ont critiqué le manque de coordination régionale dans le domaine des STI en Afrique de l'Ouest. Comme dans d'autres domaines de la politique, en dépit des objectifs ambitieux et étendus, une mise en œuvre adéquate de ces objectifs est souvent absente. Par conséquent, il est urgent de mettre en œuvre un « système unifié de l'Innovation » comme composante des politiques économiques nationales et régionales en Afrique.IMG 3908I

L'atelier d’Avignon est une composante du projet d’études et de recherche intitulé : " Intégration Régionale Durable en Afrique de l'Ouest et en Europe ", une coopération entre ZEI et l'Institut de l’Afrique de l'Ouest (IAO), sis à Praia. Le projet de coopération IAO-ZEI est financé par le Ministère Allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF) pour le période 2012 à 2016. Il est reconnu comme l'un des projets phares sur les thématiques des transformations sociales, de l'éducation et de la Stratégie Afrique du Ministère Fédéral Allemand de l’Education et de la Recherche (BMBF). Le prochain atelier aura lieu en Septembre 2014.

Le document de la conférence sera publié en tant que Papiers IAO-ZEI au cours des prochains mois. Jusqu'à présent, dix (10) ouvrages IAO-ZEI et trois (3) revues «Regional Integration Observer» (RIO) ont été édités et sont disponibles en téléchargement ici. D'autres composantes de ce projet sont la création d'une bibliothèque de l’IAO dans les locaux de la Bibliothèque Nationale de Praia et l'élaboration d'un programme de Master spécifiquement sur l'intégration régionale en l’Afrique, en collaboration avec l'Université nationale du Cabo Verde (UNI-CV).

 

 

-----------

IAO-ZEI Conférence mi-parcours du projet WAI-ZEI  Octobre 2013 (Praia)

La science face à la pratique : les résultats de la conférence mi-parcours du projet WAI-ZEI

 

Mid Term Confe Essien«Nous avons encore du chemin à parcourir pour rendre l'intégration régionale plus efficace, mais le processus est irréversible; c’une réalité dont il faut tenir compte». Par ces mots, Essien Abel Essien, le Directeur de l'Unité de Planification Stratégique de la Commission de la CEDEAO à Abuja, a mis en lumière  les dynamiques sous-jacentes du processus d'intégration en Afrique de l'Ouest, au cours de sa présentation à la Conférence à mi-parcours du Project WAI- ZEI de 21 au 23 octobre au Ministère des Relations Extérieures (MIREX) sis à Praia. La conférence a marqué la fin de la première phase du  projet de recherche WAI - ZEI allant de 2012 à 2016 sur financement du Ministère Allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF).

Mid term con group2Dans la salle de conférence  entièrement remplie du MIREX, les chercheurs des deux régions ont discuté  d´une manière intense les réussites et les défis politiques, économiques et juridiques de l'intégration régionale en Afrique de l’Ouest. Un large consensus s’est dégagé parmi les experts, les praticiens des institutions régionales et les invités présents sur la nécessité de  renforcer  les mécanismes d’application de la législation régionale et le besoin de mieux informer les citoyens de la région sur leurs droits humains et économiques. Les experts ont fait observer que les États membres doivent apprendre à respecter les règles régionales,  ceci dans leur propre intérêt à long terme. Dans le domaine économique, la libre circulation des personnes et des biens au sein de l’espace CEDEAO a été discutée comme un exemple d'approche politique régionale fructueuse. Une autre intervention a porté sur la politique ouest-africaine dans le domaine de l’énergie. De manière générale, il existe  dans la région des grands potentiels en matière d’énergie fossile et de sources d'énergie renouvelable, mais malheureusement, ces réserves demeurent soient inexploitées, soient séparées par  des frontières. De plus, l’'absence d’un cadre législatif et règlementaire  efficace empêche le secteur privé d'investir davantage dans le secteur de l'énergie.

Le rôle crucial pour la sécurité en tant qu’une des conditions préalables pour le développement et la valeur ajoutée que peut apporter une approche régionale dans ce domaine ont églement fait l’objet de concertations. En outre, la Directrice  Générale de l’Agriculture et du Développement Rural du Cap-Vert, Carla Helena Tavares, a expliqué à l'audience les défis d'une politique agricole régionale en s’appuyant sur l'exemple du Cap-Vert.
Mid term con2

Deux jours avant le Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la CEDEAO des 24 et 25 octobre à  Dakar, au Sénégal,  pour s'entendre sur la mise en œuvre d'un tarif extérieur commun (TEC ) dans la région ouest africaine , les chercheurs ont analysé les retombées possibles sur le commerce intra régional, mais aussi les relations commerciales avec l’Europe et l’avancement des pourparlers sur les accords de partenariat économique en cours ( EPA) .

Prof. Tony Chafer et Ed Stoddard de l'Université de Portsmouth ont montré dans leur présentation que la légitimité de la politique étrangère de l'Europe vis-à-vis de l'Afrique peut souvent être compromise par des questions de sécurité et d’intérêt économique. Cette contradiction évidente faisait également partie de la discussion sur les recommandations politiques relative au partenariat UE -Afrique de l'Ouest plus équilibrée dans l'avenir.

Les séances de travail avaient pour objectif de trouver les voies et moyens pour établir un partenariat d’égal à égal et créer des situations de bénéfice mutuel. Les deux régions présentent des différences , mais partagent des intérêts communs. Mid-term-con4Par conséquent, il a été recommandé que les partenaires devraient promouvoir des échanges culturels et coopérer dans le secteur de l'éducation et de la formation académique, en vue d’éviter un blocage mutuel en raison des préjugés existants. La conférence a été un exemple d'échange d’opinions et d’approches objectives en vue d'accroître la compréhension mutuelle. Dans ce contexte, les recommandations qui ont été formulées seront communiquées aux décideurs des deux organisations comme une contribution unique des chercheurs et des praticiens de l'Afrique de l'Ouest et d'Europe.

La coopération WAI- ZEI publiera le document de la conférence en tant que papier WAI- ZEI au début de l’année 2014. Jusqu'à présent, neuf documents WAI- ZEI et deux revues «Regional Integration Observer» (RIO) ont été édités et sont disponibles en ligne sur le web de l’IAO (www.westafricainstitute.org). D'autres aspects de ce projet sont notamment, la conduite des activités de suivi, la création, en collaboration avec l'Université du Cap-Vert (UNI CV), d’une bibliothèque de WAI à Praia et l'élaboration d'un programme de Master axé sur l'intégration régionale africaine. Après cette phase de recherche globale, la coopération IAO-ZEI va entrer dans sa deuxième phase avec son prochain atelier qui aura lieu à Avignon (France), en mars 2014.

 

 -----------

IAO-ZEI Réunion des Groupes de Travail  Mars 2013 (Bonn)

Les crises au Mali et en Europe ont souligné la nécessité d’une coopération bi-régionale innovante en matière de recherche et d’échanges entre chercheurs ouest-africains et européens.

phoca thumb l DSC 3045 small

“La crise au Mali marque un tournant crucial. Les Européens doivent commencer à regarder l’Afrique et l’Europe comme étant interconnectés parce que les défis du continent ne sont pas seulement liés entre eux, mais aussi au destin de l’Europe”, selon le Prof. Ludger Kühnhardt, Directeur Exécutif du Center for European Integration Studies (ZEI), lors de la session d’ouverture du second atelier de coopération en matière de recherche scientifique entre l’Institut de l’Afrique de l’Ouest (IAO) basé au Cap-Vert et ZEI, qui a eu lieu du 11 au 13 Mars 2013 a Bonn. La coopération scientifique entre l’IAO et ZEI est financée par le Ministère Allemand de l’Education et de la Recherche (BMBF) pour la période 2012-2016.

Le Prof. Djénéba Traoré, Directrice Générale de l’IAO, a particulièrement mis l’accent sur le rôle important que doivent jouer des institutions lorsqu’elles sont fortes et efficaces. “La crise au Mali a été – entres autres- déclenchée par la faiblesse des institutions gouvernementales. La coopération en matière d’intégration régionale peut renforcer et consolider ces institutions et ainsi, prévenir les crises”. L’IAO a été créé et est sponsorisé par l’UNESCO, la CEDEAO, l’UEMOA, le groupe ECOBANK et le Gouvernement du Cap-Vert.

Sur la base de l’intégration européenne, les deux instituts veulent contribuer ensemble a un l’avènement d’un processus de prise de décision  au niveau régional en Afrique de l’Ouest plus efficace et basé sur la connaissance et la recherche scientifique qu’il ne l’est actuellement, a travers une recherche et une analyse conduites de manière approfondie. Car contrairement a l’Europe ou elle existe, une évaluation critique et structurée du processus de prise de décision au niveau régional, menée par des universitaires et des experts, manque le plus en Afrique de l’Ouest.

“Il est important de voir des projets passer du plan théorique a une phase active“, a souligné Sabrina Legies du Bureau international du DLR, responsable de la mise en œuvre de l’Agence au niveau du Ministère allemand de l’Education et de la Recherche (BMBF). Le projet de recherche sera particulièrement innovant d’autant qu’il ne sera pas seulement réduit a une coopération purement académique, mais dans la mesure où il créerait aussi des structures durables par l’échange mutuel d’universitaires et de personnel sur le long terme.

Dans le cadre des débats sur les défis politiques, les universitaires ont décelé que le leadership et la détermination politiques ne suffisaient pas à eux-seuls pour rendre le processus d’intégration régionale efficace et durable, mais qu’il y avait aussi besoin d’améliorer la gouvernance au niveau national, d’institutions régionales indépendantes autant que de coopérer avec des groupes d’intérêt transnationaux comme la société civiDSC 3050 smallle, le secteur privé et la Diaspora.

Les processus d’intégration différentiée jouent également un rôle important au regard de l’intégration monétaire. Les débats ont mis en lumière des questions aussi importantes que le rôle de l’UEMOA et le rôle de la stabilité pour la crédibilité de la politique monétaire. D’autres problèmes ont été discutés comme la domination de la France sur la région, le besoin contesté de flexibilité pour pouvoir réagir de manière adaptée en cas de crise ainsi que la dimension immatérielle de l’intégration financière. “ Le statut de développement actuel de l’Afrique de l’Ouest est souvent vu comme un désavantage alors qu’il pourrait être en réalité un facteur de réussite au regard de l’intégration monétaire”, a déclaré le Professeur Diery Seck, Directeur du Centre de Recherches sur les Politiques Economiques (CREPOL) de Dakar, au Sénégal.

Les premiers résultats de la coopération en matière de recherche entre l’IAO et ZEI viennent d‘être publiés sous la forme d’une série dénommée “WAI-ZEI Papers” sur le Commerce intra-régional en Afrique de l’Ouest d’une part, et de l’autre sur l’Analyse comparative des institutions et des processus de formulation des politiques en matière d’intégration régionale au sein de la CEDEAO, de l’Union Européenne et de l’ASEAN. La réunion s’est terminée par un débat public autour d’un panel sur le thème suivant: “Les Perspectives de la Crise au Mali: les causes et les leçons à en tirer pour l’Europe et l’Afrique”, qui a eu lieu à la Deutsche Welle en présence de nombreux chercheurs et journalistes des deux régions.

L' Atelier de Bonn a  été le second d´une série de huit (8) réunions qui se tiendront dans le cadre de la coopération IAO-ZEI. La prochaine réunion aura lieu en Octobre 2013 à Praia.

-----------
 

IAO-ZEI Réunion des Groupes de Travail en Octobre 2012 (Praia)

Soutenir l'intégration régionale par le biais de la Recherche et de l’Analyse - L’IAO et ZEI entament une coopération à long terme (2012-2016)

« Nous devons connaître nos réalités avant de pouvoir être en mesure de les changer ». En se référant à ce principe directeur, José Brito, président du Conseil d'administration de l'Institut de l'Afrique de l'Ouest (IAO) et ancien ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert, a ouvert le premier Atelier de travail, organisé les 1er et 2 octobre 2012, à Praia, conjointement par l’IAO et le Centre pour les études d’intégration européenne (ZEI) de Bonn. La coopération sur la recherche entre l’IAO et ZEI est parrainée par le Ministère fédéral allemand de l'Education et de la Recherche (BMBF) durant la période 2012-2016.

Sur la base de l'expérience de l'intégration européenne, les deux instituts veulent contribuer à un processus décisionnel plus efficace et axé sur la connaissance scientifique en matière d'intégration régionale en Afrique de l'Ouest, par la conduite d’activités de recherches et d’analyses. « Notre intérêt commun dans ce partenariat tient dans l'objectif d'apprendre mutuellement l’un de l’autre, d’'échanger et d’entretenir de bonnes relations de voisinage », a déclaré le Prof. Ludger Künhardt, Directeur général de ZEI. « Nous voulons partager l'expérience de nos deux instituts de recherche pour créer un réseau et connecter les communautés universitaires de nos deux régions qui, actuellement, ne le sont pas», a ajouté Prof. John Igue, Directeur général de l’IAO.

L’IAO est un institut de recherche fondé par l'UNESCO, l’UEMOA, la CEDEAO, ECOBANK et par le Gouvernement cap-verdien, qui était représenté à la cérémonie d’ouverture par le Secrétaire d'État aux Affaires étrangères, le Dr José Luis Rocha. M. Rocha a souligné l'intérêt du Cap-Vert à s’intégrer davantage dans la communauté régionale de l'Afrique de l'Ouest, grâce également au travail de l’IAO: « Pour nous, l'intégration régionale est non seulement un choix politique, mais aussi une opportunité économique».

A cet effet, l’IAO et ZEI ont rassemblé un groupe interdisciplinaire de chercheurs reconnus, venus d’Universités et de Centres de recherche ouest-africains et européens. Ces professeurs d’Université ont présenté, selon les règles du  manuel de recherche développé par l’IAO et ZEI pour la période 2012-2016, les résultats de la recherche sur les questions du processus de formulation des politiques d’une part, sur le commerce régional en Afrique de l’Ouest, de l’autre
La question de la nature des approches théoriques pouvant être appliquées efficacement et de manière transparente pour épouser parfaitement les évolutions de l'intégration régionale dans les deux régions a été discutée. D’un autre côté, il a été débattu des lacunes qui freinent concrètement cette évolution aussi bien en Europe qu’en Afrique de l’Ouest. « À l'heure actuelle, le processus d'intégration régionale dans la Communauté Economique des États de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) n'est ni inclusif ni efficacement coordonné entre les institutions régionales elles-mêmes,  et entre les institutions régionales et les États-membres. Nous pouvons apprendre de la configuration institutionnelle de l'UE», a déclaré le Prof. Olusegun Omisakin de l'Université d'Ibadan, au Nigeria. « Nous constatons un réel manque de volonté politique commune pour trouver des solutions politiques régionales en Afrique de l'Ouest, parce que notre interdépendance économique est, comparativement à l’Europe, faible », a ajouté Prof. Kocra Assoua, de l'Université de Bayreuth, en Allemagne.

En termes de formulation de politique monétaire, les chercheurs se sont acconews 191212 02rdés sur le fait, qu'actuellement, les pays européens ont de sérieux problèmes à respecter leurs critères de convergence commune, tout comme les États-membres de la Zone monétaire ouest-africaine (UEMOA) éprouvaient des difficultés à respecter les leurs.

En ce qui concerne l'intégration économique, les universitaires ont particulièrement recommandé de se concentrer sur les questions de la recherche qui vont au-delà des idées reçues sur le commerce régional en Afrique de l'Ouest. « La Recherche sur les questions économiques est utile lorsqu'elle trouve des solutions, que ces questions aient l’effet positif escompté ou pas », a fait valoir le professeur Volker Nitsch, de l'Université de Darmstadt. En ce qui concerne les influences extérieures sur le commerce régional, les problèmes issus de l'héritage colonial ont été mis en évidence. Dans le même temps, les chercheurs ont conclu que l'effet de levier de l'Union Européenne (UE) en Afrique continue  de perdre son influence, en raison de nouveaux dynamismes géopolitiques et du rôle des nouvelles puissances émergentes.

Les résultats définitifs des débats dans les deux domaines de recherche seront publiés sur les pages web des deux instituts au début de l’année  2013. La réunion de Praia s’est achevée par une table-ronde publique autour d’étudiants et d’intervenants Cap-Verdiens, à l’Université Jean Piaget de Praia, sur le thème suivant: «La crise en Europe : conséquences et leçons pour l’Afrique ».

L'atelier de Praia est le premier de huit réunions à tenir dans le cadre de la coopération IAO-ZEI. La prochaine réunion aura lieu en Mars 2013 à Bonn, en Allemagne. La coopération entre l’Institut d’Afrique de l’Ouest et ZEI inclut également l'installation de bases de données, l'élaboration d'outils d'évaluation spécifiques sur l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest et le soutien à la création d'un programme de Master en Afrique de l'Ouest dans ce domaine.


 

Copyright © 2012 WAI - West Africa Institute. All Rights Reserved - Designed and developed by: NOSi.