Rapport sur l'atelier IAO-ZEI-CEREEC sur les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, du 14 au 16 Juillet 2014 à Praia, Cabo Verde

IMG 1579L'atelier sur les énergies renouvelables et le développement de l'efficacité énergétique en Afrique de l'Ouest a eu lieu du 14 au 16 Juillet 2014 à Praia, Cabo Verde. Se déroulant au Centre de la CEDEAO pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (CEREEC), l'événement a réuni des experts dans les domaines du changement climatique, de financement des énergies renouvelables, du développement de projets d'énergie renouvelable, de l'élaboration des politiques ainsi que des chercheurs et des praticiens de l'Afrique de l'Ouest et l'Europe.

M. John Yeboah, assistant chargé des projets à CEREEC, est en train d’écrire une proposition visant à soutenir une collaboration à long terme entre l'Institut de l'Afrique de l'Ouest (IAO) et le Centre de la CEDEAO pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique (CEREEC). Parrainé conjointement par l’IAO, CEREEC, et le Ministère Fédéral Allemand de l'Éducation et de la Recherche (BMBF), par l'intermédiaire du Centre d'études sur l'intégration européenne (ZEI), l'atelier a permis à M. Yeboah d'identifier les sujets de recherche dans le domaine des énergies renouvelables et l'efficacité énergétique, fournissant la base contextuelle de la nécessité de la recherche dans les domaines identifiés. Conformément aux termes de référence, les experts ont soutenu M. Yeboah pour recueillir des informations qui feront en sorte que la proposition ait un fondement théorique.

Parmi les experts étaient:

  • M. Jonathan Quartey (Département d'économie, KNUST, Ghana),
  • Dr. Adebayo Agbejule (Département de Génie Mécanique et Productique, Université de Vaasa des Sciences Appliquées),
  • Prof. Yao Azoumah (2iE, Ouagadougou, Burkina Faso),
  • Charlotte King (Cross-Border Information, Royaume-Uni),
  • Dr. Mme Rose Mensah-Kutin (ABANTU, Ghana),
  • Dr. Emmanuel Ndzibah (Département de la gestion industrielle, Univ. D'Vaasa),
  • M. Jacinthe Elayo (Analyste des politiques, CEREEC),
  • Mme Karin Reiss (SE4ALL Expert ONUDI-CEREEC),
  • M. Hannes Bauer (CEREEC),
  • M. Ibrahim Soumaila (CEREEC),
  • M. Nicola Bugatti (CEREEC)

Les autres personnes présentes étaient:

  •  M. John Yeboah, le chercheur accueillant l'atelier,
  • M. Daniel Yeboah, interlocuteur de l’IAO, et
  • M. Benjamin Akoutou, qui a animé l'atelier pendant 2 jours.

Les autres personnes présentes étaient:

 

  • M. John Yeboah, le chercheur accueillant l'atelier,
  • M. Daniel Yeboah, interlocuteur de l’IAO, et
  • M. Benjamin Akoutou, qui a animé l'atelier pendant 2 jours.

 

IMG 1560L'atelier bien réussi a été ouvert par M. Bah F. M. Saho, expert en énergies renouvelables à CEREEC, lisant le discours d'ouverture au nom du Directeur exécutif du CEREEC, M. Mahama Kappiah. M. Saho a dit que le directeur général de CEREEC était solidement derrière la collaboration, convaincu qu'il y ait la nécessité pour la recherche scientifique d’appuyer les activités de CEREEC afin de veiller à ce que l'énergie renouvelable soit la solution aux problèmes énergétiques de l'Afrique. Prof Djénéba Traoré, Directrice Générale de l’IAO, donnant un discours liminaire, a souligné le rôle important de la recherche scientifique pour l'élaboration des politiques et la nécessité évidente en ce qui concerne la construction de ponts entre les chercheurs et les praticiens. Ainsi, la collaboration entre l’IAO et le CEREEC sera profitable pour les deux parties. Elle a également souligné que la politique de l'énergie renouvelable de la CEDEAO, créé en 2012, reflète une forte volonté de l'institution de développer l'économie des États membres, et d'améliorer les conditions de départ de ressortissants de la CEDEAO, à travers de la promotion et l'utilisation efficace de l'énergie renouvelable.

En expliquant la raison d'être de l'atelier, M. Daniel Yeboah a déclaré que même si l’IAO et le CEREEC ont des mandats différents, ils sont liés par l’objectif commun d'améliorer le bien-être de la population de l'Afrique de l'Ouest. Couplé avec leur proximité physique, la nécessité d'une collaboration entre les deux instituts devient un impératif et non pas une option.

Le premier domaine thématique a abordé le thème «Énergie renouvelable, la formulation des politiques, l'environnement et le changement climatique.» Les différentes présentations et des discussions qui ont suivi ont mis en évidence le fait que, ER et EE est une nouvelle discipline, sans lesdites «meilleures pratiques» disponible à copier, et que les régions doivent échanger des expériences entre eux. Encore une fois, les experts étaient d’accord que malgré la division parmi les chercheurs quant à l'impact des politiques d'ER et d'EE sur atténuation des changements climatiques, il y avait la nécessité d'efforts concertés pour promouvoir ER et EE afin de traiter l'impact de la consommation de carburant fossile sur tiers (externalités négatives). Les experts ont également discuté la pénurie de recherche sur les besoins de capacité des acteurs à différents niveaux de la chaîne de valeur dans ER. Ceci mène à la demande d’une recherche qui prend en compte le niveau régional, et éventuellement local, afin de déterminer la combinaison juste de l'énergie, la façon de traiter les régimes tarifaires d'alimentation pour mieux gérer les données sur les ER en ce qui concerne la documentation, l'archivage, l'accessibilité, la recherche, etc.

Le deuxième domaine thématique a traité «les énergies renouvelables et l'utilisation de l'efficacité énergétique. Obstacles, Questions de genre et socio-économiques". Ici, la nécessité d'évaluer le rôle central des femmes dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques de ER a été soulignée. Cela devrait répondre à la question des attentes et des besoins des femmes vis-à-vis des programmes d'énergies renouvelables et EE (genre, énergie, quantité), et quel rôle elles peuvent jouer aux différents stades de promotion de ER et EE. Également, on a proposé la recherche sur les façons d’utilisation de ER et EE pour résoudre les problèmes d'électrification rurale, en utilisant une analyse de la GIZ. Afin d'assurer la compréhension, l'acceptabilité et l’utilisation de ER et EE, les experts ont plaidé pour une recherche visant à intégrer ER dans les programmes scolaires de la sous-région.

Trois des experts sont arrivés deux jours plus tôt et les trois autres un jour plus tôt, afin de rencontrer le collègue, M. John Yeboah, pour affiner l'ordre du jour, la coordination et la facilitation, ainsi que d'apprendre davantage sur le rôle qu'ils ont prévu à jouer à l'atelier.

Lors de la réunion finale avec le chargé de recherche M. Yeboah, visant à affiner les thèmes de recherche, les experts ont convenu que les environ 14 thèmes identifiés devraient être regroupés en quatre ou cinq grands domaines thématiques couvrant les régimes tarifaires, les modèles de la chaîne d'approvisionnement, le renforcement des capacités, l'égalité des sexes et le développement de la technologie de réseau intelligent. Les experts ont promis de continuer à travailler dans leurs différents domaines afin de renforcer la collaboration et de favoriser le réseau mis en place pour le développement et l'utilisation des énergies renouvelables et de l'EE dans la sous-région.

Copyright © 2012 WAI - West Africa Institute. All Rights Reserved - Designed and developed by: NOSi.